Mots-clefs

, , ,

Nous vous proposons quelques extraits tirés des écrits d’Albert Schweitzer qui invitent à réfléchir aux enjeux éthiques de la spiritualité et de la mystique.

« 28517769851_4966ff45bdToute religion, en profondeur, est mystique. Être délivré du monde et être-en-Dieu, telle est l’aspiration intime de l’homme, tant qu’il ne s’étourdit pas et ne sombre pas dans une sorte d’inconscience. Mais l’accès à Dieu, obtenu par un acte de connaissance intellectuelle, comme dans les religions orientales, ne produira jamais qu’une spiritualité passive. L’intellect seul ne peut provoquer une re-naissance en Dieu, comme moteur d’une spiritualité active, vivante. Celle-ci, en tant qu’elle délivre du monde, ne peut prendre forme que si nous sommes en Dieu par la voie de l’éthique (Les religions mondiales et le christianisme, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1975, chap. VI).

« L’activité éthique est la seule par laquelle nous puissions entrer en relation spirituelle avec l’Esprit ».

« Dans la mystique éthique, l’homme possède, comme des biens inaliénables, la plus grande spiritualité et le plus profonde idéalisme » (Les grands penseurs de l’Inde, chap. XVI)

cumulus-499176_1280« La question de savoir ce que nous devrons faire de notre vie ne se trouve pas tranchée du fait qu’on nous lâche dans le monde en nous poussant à l’action sans nous laisser nous ressaisir pour repenser nos convictions. La vraie solution du but de l’existence ne peut être trouvée que dans une conception qui introduit l’homme dans une approche spirituelle intérieure de l’Être, d’où sortira, par une nécessité inéluctable de la nature, une éthique à la fois passive et active. La mystique du passé est incapable de conduire à un tel résultat, parce qu’elle est supra-éthique. La pensée devra donc lutter pour arriver à une mystique éthique. Nous devrons nous élever jusqu’à une spiritualité qui soit éthique et jusqu’à une éthique qui contienne en elle-même toute la spiritualité. C’est alors seulement que nous parviendrons à réaliser pleinement notre vie. »(La Civilisation et l’Ethique, Alsatia, Colmar, 1976, II, chap. IV).