Mots-clés

, , , ,

le_brun-bey_7562

©Académie française

Jacques Le Brun, né en 1931 à Paris. Directeur d’études honoraire à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE) de Paris, Section des sciences religieuses, « Histoire du catholicisme moderne ». Auteur de: La spiritualité de Bossuet, Paris, Klincksieck, 1972 ; Le pur amour de Platon à Lacan, Paris, Seuil, 2002 ; Le pouvoir d’abdiquer, Paris, Gallimard, 2009 ; éditeur des Œuvres de Fénelon, 2 vol., Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1983-1994.

1) Quelle définition donneriez-vous du mot « mystique » ?

Est « mystique » ce qui, au cœur de toute discipline de savoir ou d’action, excède en plus ou en moins la légalité de cette discipline, révélant, en une affirmation qui s’exténue en pure négation, ce qui « tombe » de cette discipline et qui de ce fait en peut être dit la vérité.

2) Pourquoi avez-vous choisi ce champ d’études ?

Ce champ d’étude n’a pas été « choisi » (comme on choisit les mathématiques, la chimie ou l’archéologie), mais à qui travaille sur la littérature, la philosophie, l’histoire religieuses à l’époque moderne l’étude de la mystique s’impose comme un horizon de ces disciplines et comme dimension cardinale de la pensée, de la sensibilité et de l’action en cette époque moderne.

3) Les figures mystiques et/ou ouvrages mystiques qui ont marqué votre activité de recherche et votre parcours intellectuel et/ou personnel.

–  Jean de la Croix : comme tentative à la fois poétique et théorique.

– Fénelon : comme tentative pour élaborer une théorie de la mystique.

– Mme Guyon (la Vie, la Bible, les Torrents, etc.) : comme tentatives multiples pour rendre compte d’une expérience.

– Angelus Silesius : comme articulation en une même œuvre entre poésie, métaphysique et mystique.

– Gottfried Arnold : comme insertion de l’histoire de la mystique dans une ample histoire intérieure  du christianisme depuis l’Antiquité.

4) Quelle est à votre avis l’actualité de l’étude de la mystique ou d’une réflexion sur la  « mystique » dans le monde contemporain ?

Très méfiant devant les à peu près théoriques et méthodologiques qui accompagnent les discours et les pratiques mystiques (expériences, élaborations, vulgarisation, etc.) dans le monde contemporain. L’important est la réflexion historique, philosophique et anthropologique, comme pour toutes les autres formes de savoir et de pratique.

5) Quelle place donner aujourd’hui à l’étude de la mystique au sein des Universités et des centres de recherche ?

L’étude de la mystique doit être conduite selon toute la rigueur et la scientificité nécessaires dans chacune des disciplines concernées, histoire, littérature, philosophie, sociologie, etc.

6) Quel(s) ouvrage(s) « mystique(s) » conseillez-vous à tous ceux qui souhaitent découvrir ce genre littéraire ?

Ces ouvrages sont si nombreux qu’on ne peut faire un choix ; à chacun de faire ses découvertes ! Pour l’époque moderne voir plus haut § 3.

 

©2017. Blog Mystiquefigures.com. Toute reproduction interdite.