Étiquettes

, ,

Nous vous signalons la parution d’un ouvrage réunissant les actes d’un colloque consacré à la relation entre philosophie et mystique dans l’œuvre de Stanislas Breton qui a eu lieu en 2011 au Centre Culturel International de Cerisy:

bretonPhilosophie et Mystique chez Stanislas Breton, dir. Jean Greisch, Jérôme de Gramont, Marie-Odile Métral, Paris, Cerf, 2015.

Voici la présentation de l’éditeur et la table des matières :

« Stanislas Breton (1912-2005) entre à 15 ans dans la congrégation des Passionnistes où il étudie la théologie et la philosophie. À partir de 1948 il enseigne à Rome puis dans les Instituts catholiques de Lyon et Paris. En 1965, il fait la connaissance de Louis Althusser qui lui confie un cours à l’École normale supérieure jusqu’en 1972.
Il est l’auteur d’une oeuvre considérable, à la fois rigoureuse et poétique, reconnue internationalement, qui croise notamment le néoplatonisme, Spinoza et le bouddhisme de l’École de Kyoto.
Son oeuvre est singulière, tout autant par le détail de ce qu’elle avance que par le rassemblement de ses thèses et le croisement de ses questions. « La théologie est une science, mais en même temps combien est-ce de sciences ? », demandait en son temps Pascal. La même question vaudrait pour la mystique : combien de chemins pour le transit de l’âme ? Et bien sûr pour la philosophie : combien d’approches (métaphysiques, phénoménologiques, politiques) de l’idée d’être ou d’être au monde ? L’espace de la pensée est celui d’une diversité de chemins et de thèses qui pourtant n’est pas dispersion. Le montrer suppose de faire se rencontrer le lointain et le proche, que nous les déclinions selon l’espace (l’Occident et son ailleurs qu’est l’Orient) ou selon le temps (le contemporain et son passé grec, ou néoplatonicien). Comme il suppose aussi de rapprocher la logique et ce qui excède notre logos, et ainsi exposer la philosophie aux ressources de la mystique.
Ont contribué à cet ouvrage : Carla Canullo, Philippe Capelle-Dumont, Jean-Claude Eslin, Hubert Faes, Emmanuel Falque, William Franke, Emmanuel Gabellieri, Jérôme de Gramont, Jean Greisch, Jacqueline Lagrée, Laurent Lavaud, Jean Leclercq, Marie-Odile Métral, Joseph O’Leary, Bernard Sesé, Yasuhiko Sugimura, FrançoiseTodorovitch. »

Table des matières:

– Présentation, par Jérôme de GRAMONT

– Métaphysique et mystique chez Stanislas Breton, par Philippe CAPELLE-DUMONT

– La demeure et l’errance: mystique et monde contemporain selon Stanislas Breton, par Laurent LAVAUD

– Être-dans et être-vers dans la mystique du Carmel, par Marie-Odile MÉTRAL

– Le bestiaire de Thérèse d’Avila, par Bernard SESÉ

– « Les aventures de l’instinct de grandeur »: le sublime surinien, par Jean GREISCH

– L’immanence par dedans et par dehors: remarques sur la lecture d’eckhart par M. Henry et S. Breton, par Jean LECLERCQ

– Le commencement et la fin de la philosophie dans la mystique apophatique: de Platon au postmodernisme, par William FRANKE

– Stanislas Breton, lecteur de Nagarjuna, par Joseph O’LEARY

– L’herméneutique du soi s’auto-éveillant selon l' »École de Kyoto »: le mysticisme « évidé »?, par Yasuhiko SUGIMURA

– Vide, croix et kénose. Simone Weil et Stanislas Breton, par Emmanuel GABELLIERI

– Stanislas Breton et Spinoza: une mystique sans mystère?, par Jacqueline LAGRÉE

– Mystique et politique chez Stanislas Breton, par Hubert FAES

– Le dépaysement de Michel de Certeau, par Jean-Claude ESLIN

– L’intervention analytique dans la trajectoire du désir mystique, par Françoise B. TODOROVITCH

– À demeure: habiter, naître, enfanter des existentiaux chez Stanislas Breton, par Emmanuel FALQUE

– L’ange phénoménologue, par Jérôme de GRAMONT

– Être-dans, être-vers, fonction-méta et critique de la mystique dans l’étoile de la rédemption de Franz Rosenzweig, par Carla CANULLO

– « Dieu sans hauteur »: le rendez-vous de la croix, par Jean GREISCH